30.05.2013

"Passeurs de mémoire"

Cinquante et un élèves de troisième et leurs quatre accompagnateurs sont partis les 15, 16 et 17 Mai dans la région Rhône Alpes au rendez-vous de la mémoire.

La première étape, les a conduits à Lyon, au Centre d'histoire de la Résistance et de la Déportation.

Ce musée, aménagé dans l’ancienne école de santé militaire, à l’intérieur même des bâtiments où le chef de la Gestapo de Lyon, Klaus Barbie, a sévi, et où Jean Moulin, arrêté le 21 juin 1943 à Caluire lors d’une réunion clandestine, a été torturé pendant plusieurs jours est plus qu’un simple musée du souvenir. 

Ils ont eu la chance d'y rencontrer un ancien résistant-maquisard de 93 ans qui leur a raconté « comment la vie dans le maquis s'était organisée ».

Un peu de légèreté après de tels récits fut la bienvenue quand dans la soirée, ils se sont tous retrouvés pour fêter l'anniversaire de leur copain Bastien!

Car dès le lendemain, une autre journée pleine d'émotion les attendait! La visite de la Maison d'Izieu.

Ouverte par Sabine et Miron Zlatin, cete maison de passage accueillit de mai 1943 à avril 1944, cent six enfants juifs pour les soustraire aux persécutions antisémites.

Le 6 avril 1944, la Gestapo de Lyon arrêtait les 44 enfants qui s'y trouvaient et leurs sept éducateurs, parce qu'ils étaient juifs : 42 enfants et 5 adultes ont été gazés dans le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

Deux adolescents et le directeur de la Maison d'Izieu, Miron Zlatin, ont été fusillés en Estonie. Il y eut une unique survivante, une surveillante. Sabine Zlatin, absente ce jour là rentrera ensuite dans la résistance.

La troisième et dernière visite les mena sur les routes du Vercors pour rejoindre le Mémorial de la Résistance.

Ce mémorial par sa mise en scène, enregistrements, témoignages, maquettes,  photos permet de se mettre dans la « peau des résistants ». Les collégiens ont été impressionnés par ce bâtiment dissimulé dans la montagne tout comme le furent les hommes et les femmes qui se réfugièrent dans la clandestinité.

Réceptifs et attentifs tout au long de ces trois jours, les collégiens sont revenus plus riches, comprenant mieux une histoire qui n'est pas si lointaine et qui fait partie de leur programme de troisième.

collège

Apprendre par les livres, c'est bien, mais partager la vie de ceux qui ont vécu cette histoire-là, c'est mieux..

Les commentaires sont fermés.