15.07.2013

Des échos du Conseil Municipal

conseil municipal

A la fin du Conseil Municipal, le Maire Claude Banis faisait part d'une information émanant de la Préfecture : « En 2007, Trèbes est entré dans le dispositif dit « d'alerte », mis en place par la préfecture, (ce dispositif joue un rôle préventif et confidentiel suite à des difficultés financières rencontrées par certaines communes).

«En 2012, Trèbes est sorti de ce dispositif», obtenant en quatre ans, le rétablissement de l'équilibre financier et les ratios au normes.

 

Puis, il souhaitait qu'apparaisse dans le PV de la séance, son intervention quant à la décision du tribunal administratif de surseoir au permis de construire pour l'agrandissement de l'usine Monsanto.

Fustigeant le collectif de certains riverains à l'origine de cette décision, ne manquant pas de rappeler qu'en «1989, déjà Maire, il avait interdit toutes constructions d'habitations dans les zones industrielles et que pour les résidences antérieures, certains désagréments devaient donc être acceptés».

Claude Banis reproche au collectif de Marc Vitales, Amédée Félix et Sébastien RIbéra, entre autres, de mettre en péril l’activité économique engendrée par Monsanto sur la commune.

«Dès le départ, les autorisations ont été accordées par les services de l'état concernés, Monsanto a  investi 65 millions d'Euros sur le site créant 20 à 30 emplois et signant des contrats de semences avec des agriculteurs de l'Aude».

L'agrandissement souhaité par Monsanto concerne la construction d'un nouveau silo pour récupérer les récoltes, donc, si l'appel déposé par Monsanto est à nouveau rejeté par le tribunal, ce sont pas moins de 80 emplois aujourd'hui qui sont en jeu sans compter les emplois saisonniers liés à la récolte du maïs....il ne faudrait pas que l'usine Monsanto quitte Trèbes pour s'installer en Roumanie.

conseil municipal

Les commentaires sont fermés.