31.07.2014

Les raisons du recours d'Alberti et Ribéra

"Sans Stéphane Arias sur la liste conduite par Eric Ménassi, celui-ci n'aurait pas eu 30 votants de plus que Sébastien Ribéra" : c'est en substance la raison principale qui a motivé le recours  au conseil d'Etat déposé le 18 juillet dernier par MM Alberti et Ribéra (article du 26 juillet). Les deux hommes l'expliquent dans un communiqué commun rendu public hier.

"Ce que nous dénonçons au travers de ce recours, c’est d’abord le fait qu’il n’est pas acceptable que le nouveau maire de la commune ait pu être élu le 30 Mars dernier avec à peine plus du quart des votants et à peine 30 électeurs de plus que ceux ayant voté pour Sébastien Ribéra alors que pour obtenir cette courte victoire, il aura fallu qu’il s’affranchisse allègrement des lois de notre République, ce que le Tribunal administratif a clairement mis en évidence en stigmatisant dans son jugement les manœuvres commises", écrivent Franck Alberti et Sébastien Ribéra, faisant allusion aux fausses quittances de loyer produites par Stéphane Arias pour prouver son éligibilité à Trèbes alors qu'il résidait en fait à Montirat.

"Qui a été l'instigateur ?"

Le recours a aussi pour objet, soulignent ses auteurs de "de savoir qui a été l’instigateur de ces manœuvres ayant affecté la sincérité du scrutin et qui a pris l’initiative de produire devant la juridiction administrative des documents faisant état de faits inexacts".

MM Alberti et Ribéra doutent que le chef de file de la liste, Eric Ménassi, n'ait "au moins connu le caractère irrégulier de la démarche". Le 17 juin dernier, le Tribunal administratif de Montpellier avait prononcé l'annulation de l'élection de Stéphane Arias, mais refusé, comme le lui demandaient MM Alberti et Ribéra, d'annuler l'élection dans sa totalité. C'est ce que demandent aujourd'hui les deux plaignants au Conseil d'état "dans l’intérêt et le respect de la démocratie dont les Trébéens ont bien besoin".

11:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.