10.04.2015

Les parents de l'école maternelle du centre ville sont déçus

Ils sont déçus et en colère, les parents des enfants de la maternelle du centre ville.

Après des réunions en mairie, ils pensaient que leur point de vue avait été retenu mais mardi la nouvelle est tombée : la directrice académique des services de l'éducation nationale (DASEN ) a validé la fermeture d'une classe de maternelle du centre ville.

Bien sûr, ils sont conscients qu'au vu des chiffres, la fermeture d'une classe est inéluctable sur la ville mais ils protestent et contestent cette décision de fermeture du centre ville.

Ils sont d'autant plus en colère, qu'au départ, la DASEN avait évoqué la menace de fermeture dès la rentrée prochaine de l'une des 4 classes maternelles de l'école des floralies.

Aux Floralies, 78 enfants  étaient inscrits pour 4 classes alors qu'au centre ville pour 2 classes, on dénombrait 44 enfants.

Les parents des floralies auraient-ils crié plus fort que ceux du centre ville? Bien évidement , ils ne souhaitent pas la fermeture d'une classe aux floralies mais c'est la question que ces derniers se posent, car au final, les réunions avec la municipalité n'ont pas été suivies d'effets et «cette fermeture n'est pas cohérente et est décidée en fonction de chiffres qui ne sont pas les chiffres réels», expliquent-ils.

Ils viennent de se rendre compte que les enfants de petite section, aujourd'hui élèves en centre ville, ont été directement intégrés aux inscriptions de l'école des floralies, grossissant les effectifs de l'une pour diminuer les effectifs de l'autre à la rentrée prochaine.

Conclusion : «il ne reste pas le nombre suffisant d'enfants pour garder 2 classes au centre ville».

Ils s'indignent et s'interrogent : «l'école du centre ville serait-elle sacrifiée à cause d'un projet d'urbanisme?».

Depuis ce jeudi matin, en se relayant, ils sont une vingtaine à occuper les deux classes de la maternelle empêchant les cours de se dérouler tout au long de la journée, la directrice a prévenu l'inspecteur d'académie qu'elle ne pouvait faire son travail habituel quant aux parents, ils attendent un signe de la municipalité pour débloquer la situation.

Le maire «regrette cette situation et se battra aux côtés des parents d'élèves et des enseignants concernés. La fermeture d'une classe est due à une contrainte liée à la démographie, les chiffres globaux imposent la suppression d'un poste sur la ville, Eric Ménassi précise que la DASEN n' a pas pris la décision définitive et se dit favorable à une année de transition même s'il reste une seule classe de maternelle au centre ville ,l'école ne fermera pas».

Demain, il recevra les enseignants et la semaine prochaine les parents. «Il existe bien un projet d'aménagement urbain mais qui n'est pas d'actualité à court terme».

12:36 Publié dans Ecole | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.