01.06.2015

Quelle décision pour l'école du centre ville?

Après que le Maire eut évoqué le fil rouge de son mandat : le programme d'aménagement urbain du centre ville dont il s'est réjoui de la bonne avancée, réunions avec services de la Préfecture, architecte des bâtiments de France et certains habitants, laissant envisager un début des travaux en 2016, en plusieurs tranches, à partir du cœur du village, de la voie Pierre Curie et rayonnant autour de la cité.

conseil municipal

L'élu d'opposition, colistier de Sébastien Ribéra, Jacques Sentenac, questionnait alors le premier magistrat sur le devenir de l'école du Centre-Ville.

Il lui a été répondu que l'ensemble des représentants des parents d'élèves se sont résignés avec tristesse et fatalité à accepter la décision de la DASEN (Directrice académique des services de l'Éducation nationale) de supprimer un poste sur la Maternelle du centre ville.

L'an prochain une seule classe sera en activité mais il n'y aura pas de fermeture de l'école maternelle. Eric Ménassi s'est dit favorable à la création d'un comité de pilotage, le plus large possible, pour réfléchir à l'année scolaire 2016-2017 qui verra le déménagement complet des enfants du Centre Ville à l'école des Floralies.

L'effectif des Floralies oscillera alors entre 270, 290 élèves (en 1980, ils étaient 350).

Ce qui amenait le Maire à évoquer avant la fin de son mandat, la construction d'un troisième groupe pour accueillir moins de 300 élèves primaires et maternelles.

Ensuite, Eric Ménassi cita, le cas de l'école de l'Aiguille et « la vision très personnelle de la part de l'ensemble des parents.. ». «Cette école a été délaissée, il faut rétablir l'équité, c'est une affaire collective qui retient toute l'attention des élus et ce sujet sensible doit être débattu en toute sérénité... » conclut-il.

Les commentaires sont fermés.