30.05.2013

"Passeurs de mémoire"

Cinquante et un élèves de troisième et leurs quatre accompagnateurs sont partis les 15, 16 et 17 Mai dans la région Rhône Alpes au rendez-vous de la mémoire.

La première étape, les a conduits à Lyon, au Centre d'histoire de la Résistance et de la Déportation.

Ce musée, aménagé dans l’ancienne école de santé militaire, à l’intérieur même des bâtiments où le chef de la Gestapo de Lyon, Klaus Barbie, a sévi, et où Jean Moulin, arrêté le 21 juin 1943 à Caluire lors d’une réunion clandestine, a été torturé pendant plusieurs jours est plus qu’un simple musée du souvenir. 

Ils ont eu la chance d'y rencontrer un ancien résistant-maquisard de 93 ans qui leur a raconté « comment la vie dans le maquis s'était organisée ».

Un peu de légèreté après de tels récits fut la bienvenue quand dans la soirée, ils se sont tous retrouvés pour fêter l'anniversaire de leur copain Bastien!

Car dès le lendemain, une autre journée pleine d'émotion les attendait! La visite de la Maison d'Izieu.

Ouverte par Sabine et Miron Zlatin, cete maison de passage accueillit de mai 1943 à avril 1944, cent six enfants juifs pour les soustraire aux persécutions antisémites.

Le 6 avril 1944, la Gestapo de Lyon arrêtait les 44 enfants qui s'y trouvaient et leurs sept éducateurs, parce qu'ils étaient juifs : 42 enfants et 5 adultes ont été gazés dans le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

Deux adolescents et le directeur de la Maison d'Izieu, Miron Zlatin, ont été fusillés en Estonie. Il y eut une unique survivante, une surveillante. Sabine Zlatin, absente ce jour là rentrera ensuite dans la résistance.

La troisième et dernière visite les mena sur les routes du Vercors pour rejoindre le Mémorial de la Résistance.

Ce mémorial par sa mise en scène, enregistrements, témoignages, maquettes,  photos permet de se mettre dans la « peau des résistants ». Les collégiens ont été impressionnés par ce bâtiment dissimulé dans la montagne tout comme le furent les hommes et les femmes qui se réfugièrent dans la clandestinité.

Réceptifs et attentifs tout au long de ces trois jours, les collégiens sont revenus plus riches, comprenant mieux une histoire qui n'est pas si lointaine et qui fait partie de leur programme de troisième.

collège

Apprendre par les livres, c'est bien, mais partager la vie de ceux qui ont vécu cette histoire-là, c'est mieux..

09.05.2013

Deux élèves du collège Gaston Bonheur lauréats au concours national de la résistance

Depuis 4 ans, Audrey Bouche, professeur d'histoire géographie, spécialiste de déportation et résistance, parle du concours en fin de quatrième, pour au début de l'année suivante demander quels sont les élèves tentés par l'aventure!

C'est ainsi que cette année, quatorze troisièmes ont décidé de participer au Concours National de la Résistance et de la Déportation.

Instauré sur le principe du volontariat, Audrey Bouche prépare des synthèses servant de base de révision et lors de la séance du vendredi, entre autre, les collégiens bûchent!

Sept lauréats en cinq ans...Le collège Gaston Bonheur fait lui-même de la résistance en obtenant chaque année les récompenses!!!

Encore, cette année les deux lauréats à titre individuel, une fille et un garçon, sont issus de Gaston-Bonheur.

Laurie Gros, 15 ans, a obtenu le premier prix dans la catégorie composition (les différents moyens de résistance pendant la Seconde Guerre Mondiale).

Au départ, elle ne souhaitait pas vraiment participer au concours par peur de surcharge de travail mais son professeur l'a convaincue!!!Aujourd'hui, bien sûr, elle ne regrette rien et elle a même bien envie d'enseigner, plus tard l'histoire, alors qu'il y a quelques mois, elle voulait faire Médecine!

Passionnée de lecture, depuis janvier elle a lu et relu et aujourd'hui, elle récolte les fruits de son travail.

Guilhem Chalard, 14 ans, est lauréat dans la catégorie étude de documents.

Il a obtenu le premier prix en répondant aux questions de trois documents (témoignage d'un résistant de Sète, photo d'une radio et extrait de presse et documentation sur la BBC), pour ensuite rédiger la synthèse sur le thème : « communiquer pour résister ».

Guilhem  ne pouvait pas éviter ce concours!! sa maman est prof d'histoire et son papa directeur d'école...!!! Plus tard, il souhaite être paléontologue....une façon d'étudier l'histoire encore plus ancienne...même s'il est fasciné par Jules César.

Florence Fleury, la principale du collège, se dit , bien entendu très fière des élèves et de l'équipe histoire /géo...quant aux quatorze participants, ils remercient Audrey Bouche de leur transmettre sa passion.

Le 12 juin seront remis les diplômes en présence de résistants et anciens combattants, tous recevront BD et livres liés à la guerre et à la résistance, puis Laurie et Guilhem, aux vacances de la Toussaint, partiront pour le voyage «Au nom de la mémoire»en Belgique et à Paris.

collège

les lauréats, Laurie et Guilhem, entourés des autres participants et du corps enseignant.

14.04.2013

Olivier Lizot expose au collège Gaston-Bonheur

collègeDeux ans après une première exposition au collège Gaston-Bonheur, Olivier Lizot, surveillant dans ce même établissement, présente ce printemps une vingtaine de peintures à l'huile.

Les tableaux, exposés dans le couloir des bureaux administratifs, dans le  hall d'entrée et le réfectoire ont été regroupés en deux thèmes. Le premier regroupe des scènes d'intérieurs de lieux familiers, des scènes de vie existantes et des portraits réalisés pour certains avec l'aide des habitants de Capendu.

Ces tableaux dans lesquels on retrouve « la même chaise » ont été peints dans l'atelier d'Osvaldo Monsalve entre 2008 et 2012. Durant cette période, ils sont quatre peintres à se retrouver le mercredi pour travailler ensemble le portrait et le paysage, aime à dire Olivier Lizot dont la vocation artistique a explosé au grand jour en 2000.

Au réfectoire, une petite série de ciels, second thème, est exposée : des ciels au couchant et de nouveaux travaux : ciels de giboulées, étude de nuages...

Olivier Lizot prépare pour le mois de juillet, à la galerie 113 de Castelnaudary, une grande exposition en compagnie d'Henry Terrès, sculpteur. A cette occasion l'ensemble de ses travaux de ciel sera exposé ainsi qu'une quarantaine de paysages.collège

En attendant Olivier est heureux de présenter ses œuvres aux collégiens et à l'ensemble du personnel. Une occasion d'échanger avec les élèves, les uns donnent leur ressenti, l'artiste parle de sa passion, les quatrièmes et leur professeur d'art plastiques travaillent ce trimestre sur les perspectives...une aubaine d'avoir un artiste dans les murs du collège!

02.04.2013

Parler du latin d'une autre façon...

Une vision renouvelée et vivante de notre lointain passé!

C'est par une méthode originale qu' Hervé Iché, professeur de lettres classiques au collège Gaston-Bonheur, fait découvrir aux élèves de sixième : le latin.

Il a fait tout simplement intervenir pour leur première prestation extérieure de l'année, la troupe « Ars Maiorum » au collège de Trèbes.

collège

Depuis trois ans, l’association «Ars Maiorum» organise les Journées Antiques. Grâce à ces journées les étudiants d’histoire membre d’Ars Maiorum peuvent partager leur passion avec de jeunes collégiens qui abordent l’antiquité dans leur programme : « une histoire vivante et didactique fondée sur une recherche universitaire, mise au service du plaisir d’apprendre».

Ce vendredi matin, de la lutte,du pugilat (boxe anglaise d'aujourd'hui) et du pancrace (combat sportif alliant la lutte et le pugilat, dans lequel les adversaires ont les poings nus et où toutes les prises sont permises) ont été expliqués aux petits sixièmes par ces gladiateurs des temps modernes !

collège

Une matinée d'immersion dans les civilisations antiques qui suscite de plus en plus d'intérêt et d'adeptes au latin...depuis 3 ans, Hervé Iché note une progression de 30% chaque année et aujourd'hui il compte soixante cinq latinistes dans ses cours...

07.03.2013

Une façon originale de resserrer les liens entre professeurs et élèves

« Le vivre ensemble » était à l'affiche en ce vendredi veille de départ en vacances au collège Gaston Bonheur.

C'est une manifestation incontournable!. Le dernier jour de classe avant les vacances d'hiver, professeurs et élèves «s'affrontent» dans la structure du cosec pour le traditionnel match de handball.

Les gradins accueillaient la foule des grands jours... professeurs, personnel de service (une soixantaine) et collégiens ( pas loin de 500) tout le public était là!

Le spectacle de zumba orchestré par une quarantaine de filles sur une chorégraphie de deux professeurs Delphine Pedaros et Florence Mendez déclenchait les applaudissements des spectateurs en délire...

Quant au match de hand...les collégiens ont battu...leurs professeurs!! Pas de pitié...41 à 26 score sans appel, les profs sont rentrés bredouilles au vestiaire!

On va tout simplement dire que la fraîcheur de la jeunesse et la supériorité technique l'ont emporté..

collège

05.02.2013

Au collège Gaston-Bonheur : "d'artistes à élèves" ou "avis de talents"

collège

Pour la huitième année, Piémont d'Alaric reconduit «D'artistes à Elèves». : «Au travers de cette action,Piémont d'Alaric revendique sa volonté de soutenir les jeunes à faire entendre leur voix, quelle que soit la forme qu'elle revêt. Les jeunes se révèlent, se découvrent une âme d'artiste insoupçonnée...»

collège
Sur une journée et demie, Gabriel Saglio, le chanteur du groupe Les Vieilles Pies a rencontré, à tour de rôle, tous les élèves de troisième du collège Gaston-Bonheur. Durant deux heures, par petits groupes, il leur a présenté Les vieilles Pies, son travail et après quelques échanges, il leur a proposé de créer un texte. Seul ou ensemble ils allaient créer une chanson!  Le thème général étant ce jour là : « la passion ».
Encadrés par leur professeur de français, Sandrine Canrobert et de Christelle Gimenez, chargée de programmation culturelle au sein de Piémont d'Alaric, ils ont couché sur le papier les mots, les phrases que ce sujet leur inspirait...

collègePuis, Gabriel Saglio s'accompagnant de sa guitare a mis en musique chaque texte remis par les différents groupes, chaque texte correspondait à un paragraphe de la chanson. Les collégiens en sont restés «scotchés»!
A présent, il ne leur reste plus qu'a écrire leurs propres paroles pour en faire un texte à mettre en musique : 1 texte commun par classe plus quelques textes individuels seront sélectionnés en mai prochain et les plus beaux textes seront lus par les élèves le 7 juin au Chai, espace culturel à Capendu...où le groupe Les Vieilles Pies  au grand complet donnera un concert privé rien que pour les collégiens....!

collège

14.01.2013

Les 6è du collège Gaston-Bonheur très attentifs lors de l'intervention de deux chercheurs de l'IRD

collègeDans le cadre de son atelier scientifique, Sylvie Truillet, professeur de SVT recevait jeudi Tiphaine Chevallier, chercheur et Anne-Laure Pablo, assistant-ingénieur, au sein de l'IRD, l'institut de  développement et de recherche de Montpellier. Leur domaine : Ecologie, Biologie des sols et agro-système : étude de « la terre » appelée « sol » et surtout comment çà fonctionne?

collègeLe sol est vivant, et les êtres vivants qui le composent ont une action de dégradation de la matière organique :
les feuilles mortes, malgré ce tapis immense qu'elles créent chaque année en tombant sur le sol, disparaissent presque par magie grâce à l'action des bactéries et des champignons contenus dans  le sol sur lequel elles s'installent. Des milliards et des milliards d'organismes vivants se bousculent dans le sol...bactéries, champignons, vers et insectes dégradent les plantes et les animaux morts et en font du terreau. collègeTout ce processus constitue un cycle : les feuilles meurent, la matière organique est utilisée, les éléments nutritifs puisés et ainsi de suite...tant que le cycle n'est pas interrompu, l'éco-système se perpétue.

Les élèves de sixièmes sont curieux de nature , c'est le « privilège de l'âge » et les 56 « petits chercheurs » du jour n'ont pas hésité, a étudier le nématode, ce petit vers de terre vivant dans le sol : armés de loupe, ils l'ont découvert vivant quant à ceux qui étaient morts, ils les ont observés au microscope. Ils ont même découvert la vie des vers dans un « vérodrome »... Enfermés dans de petits sachets, un peu de terre de sol des forêts, du gravier + de la terre de la cour du collège, de la terre de sol cultivé + du sable vont être soumis à l'étude de dégradation...en fonction du sol, le processus de dégradation ne sera pas le même, c'est ce qu'ils vont vérifier d'ici quelques mois. Un deuxième atelier a évoqué la «biodiversité et les symbioses» : évolution des racines de la plante et des bactéries ou champignons qui l'entourent. L'environnement est devenu un monde un peu mois inconnu le temps de quelques heures d'atelier...

Pour terminer la journée, Tiphaine Chevallier et Anne-Laure Pablo ont répondu aux questions de 26 élèves de troisième intéressés par une carrière scientifique, 8 troisième et 18 élèves de quatrième ont participé au forum en fin d'après-midi au cours duquel le métier de chercheurs leur a été expliqué. 

collège