31.10.2014

Les autres annonces du conseil municipal

politiqueLa fin des poids lourds : Autre point fort abordé lors du dernier conseil municipal, cette annonce faite par le Maire : «dès début novembre, mise en place d'un plan d'action : la gendarmerie va verbaliser les contrevenants qui traverseront Trèbes (sauf desserte locale). Puichéric, Marseillette et Trèbes ont une volonté commune : dévier les poids lourds sur la Nationale 113.

La police municipale s'installera prochainement dans ses nouveaux locaux : à la place de la Poste actuelle. La poste, quant à elle, reviendra au bord du canal, la municipalité cédant le premier étage de l'immeuble communal situé Avenue Pierre Curie.

Deux commissions communales sont créées : «Accessibilité aux personnes handicapées», son travail sera axé sur l'étude de l'accessibilité des espaces publics, de la voirie et du cadre bâti sur la commune. Et la seconde: «Plan communal de sauvegarde» portant sur les procédures d'informations et de sauvegarde de la population en cas d'inondation, de feu de forêt et de transports de marchandises dangereuses tout ceci avec enjeu humain.

Interrogé sur le devenir de Béragne par les élus d'opposition, Eric Ménassi, rappelait que ce n'était pas du ressort de la commune mais annonçait des travaux d'assainissement et un aménagement paysager afin de rendre ce rond-point «plus agréable».

En suivant, il évoquait la démolition de ces maisons abandonnées sur la gauche, le long de la voie ferrée, juste avant le pont de Forges en entrant dans Trèbes.

Christophe Barthès s'inquiétant de l'absence de William Dumont, le Directeur Général des Services, il lui était répondu que ce dernier quittait ce poste et serait remplacé prochainement.

27.10.2014

Prévention et rénovation à l'ordre du jour du dernier conseil municipal

C'est devant un public nombreux que le conseil municipal s'est déroulé.Un public attentif car les sujets ne manquaient pas.

conseil municipal

Tout d'abord, Claire Terki était investie Conseillère municipale suite à la vacance d'un siège de conseiller. L'adjoint partant n'étant pas remplacé, une diminution du nombre d'adjoints a été validée par l'assemblée délibérante à la grande joie, de Christophe Barthès, l'élu d'opposition qui était favorable à un nombre d'adjoints moins important.

Le programme d'investissements pour 2015 a été en partie dévoilé.

Le maire va solliciter l' État, le Conseil Régional, le Conseil Général ainsi que Carcassonne Agglo pour obtenir des subventions.

Première annonce : mise en place de 33 caméras de vidéo-protection afin de faire face aux incivilités, même si le soulignait le maire, «la caméra ne remplacera jamais l'humain au sein de nos quartiers». Les incorrections sont nombreuses au sein du vieux village faisait remarquer Christophe Barthès, ce à quoi, le maire lui répondait que courant novembre, propriétaires et bailleurs sociaux se réuniraient pour évoquer le problème. Soulignant également que les 3 médiateurs employés par la ville étaient depuis 1 mois directement sous ses ordres : «il faut mener le combat au quotidien, sans oublier que les médiateurs sont le reflet de la municipalité et donc le reflet du Maire, précisait ce dernier».

Deuxième point : les travaux de rénovations des bâtiments des 3 groupes scolaires aujourd'hui dans un piteux état.

Et pour finir, l'achat d'un minibus, moyen de transport pour personnes âgées, qui remplacera la navette actuelle à l'état lamentable.

Autre projet soumis au vote : «Trèbes 2026» : le programme d'aménagement urbain. «Vision politique et vision urbaine dépassant le cadre du mandat, il est temps de lancer la mise en œuvre d'un schéma directeur sur la vision précise de ce que Trèbes sera dans une douzaine d'années.» «Donner à Trèbes un nouvel élan urbain». La cible est bien l'indispensable restructuration urbaine du cœur de ville, du pont de l'Aude au pont du Canal. Le schéma devra répondre à plusieurs défis : déplacements, voies d'accès et dessertes, accueil touristique, réaménagement urbain, architectural et paysager, développement des commerces de proximité, aménagement et réhabilitation de l'habitat du cœur de ville…

Plus près en 2015, une manifestation culturelle sera organisée mais à ce jour pas d'autres précisions...

12.06.2014

Au conseil municipal

conseil municipal

Une salle remplie, les élections municipales encore présentes dans les têtes, le public se pressait nombreux lors de la dernière séance du conseil municipal.

Points abordés : 3 000€ ont été proposés pour la formation des élus, soit 3% de l'enveloppe globale annuelle. 

Instauration de la redevance d'occupation du domaine public par les réseaux et installations de télécommunication. Cette redevance, jamais sollicitée par l'ancienne équipe municipale, va ramener dans les caisses une somme de 40 000€ (effet rétroactif sur les 4 dernières années.)

L'adhésion à l'agence technique départementale (ATD), permettra moyennant une contribution annuelle de 5 000 €, une aide concernant compétences et technicité dans le domaine de l’ingénierie (travaux de voirie,etc).

Une convention de mise en œuvre de prestation complémentaire en matière de transports scolaires sera établie entre Carcassonne Agglo Transports et la commune de Trèbes pour l'année scolaire 2013-2014. Les frais occasionnés par la desserte supplémentaire s'élèvent à 56 003,72€ pour l'année scolaire qui s'achève.

Mise en place de la commission du commerce non sédentaire qui réunira 6 élus (4 de la majorité et 2 de l'opposition) pour valoriser le marché de plein air, élément de la vie économique et sociale. Ceci sera fait en pleine concertation avec les représentants des ambulants qui animent le marché trébéen.

Dans l'attente de la date du Procureur de la république pour tenir le premier Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance, 7 membres pour siéger au CLSPD ont été désignés (5 de la majorité et deux de l'opposition).

L'aire de jeu pour les jeunes du Vieux village est effective. Suite à une pétition pour incivilités, dans le vieux village, quatre familles ont été identifiées comme étant à l'origine de ce problème et les parents vont être convoqués à titre préventif dans un premier temps.

Le plus gros chantier évoqué concerne la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2014.

Eric Ménassi le martelait : «la préoccupation essentielle est l'enfant, cette réforme est faite pour lui et l'enfant doit être au cœur des préoccupations». L'ensemble des conseils de classes a eu lieu et les propositions d'horaires ont remporté une large adhésion de la communauté éducative.

Quoi qu'il en soit, il en coûtera 150 000 € par an, à la collectivité, le Maire tenant à la gratuité des temps péri-scolaires pour les familles.

 

05.05.2014

Finances et Monsanto au menu du conseil municipal

En résumé, "il faudra diminuer les charges et trouver de nouvelles recettes." Les élus optent pour un "oui, mais" à Monsanto. 

conseil municipal

«Il est grand temps de se projeter vers un avenir meilleur et de tourner une page sur un passé aussi douloureux soit-il», Eric Ménassi ouvrait ainsi le conseil municipal avant que Didier Carbonnel, son adjoint, ne parle «Finances».

C'est à l'unanimité que tous les membres du conseil municipal se sont abstenus lors du vote d'approbation de «l'héritage» des comptes administratifs 2013 et de leur excédent global de 525 430,71 Euros.

Quand au budget primitif 2014, selon l'obligation réglementaire, il doit être équilibré tant en en fonctionnement qu'en investissement, et se présente de la manière suivante : section de financement : 7 millions d' euros et section d'investissement 1,4 millions d'euros.

«Il faut diminuer les charges et rechercher de nouvelles recettes...de ce fait aucune nouvelle embauche n'est à l'ordre du jour.»

Autre gros dossier : Monsanto : "avis favorable...sous réserve"

Tandis que l'enquête publique sur Trèbes et les 8 communes voisines était close depuis quelques heures, hasard du calendrier, le conseil municipal devait donner son avis sur le projet de demande d'autorisation d'exploiter une unité de traitement et d'ensachage de semences et ses installations connexes situées sur notre commune.

Rencontres et écoute, tel est le positionnement de la majorité municipale. «J'ai rencontré dirigeants et riverains et je comprends l'inquiétude de ces derniers», soulignait le Maire.

«Ma préoccupation première est la sécurité et la santé publique». C'est pourquoi, cette demande d'extension fait l'objet d'un texte annexe qui sera porté au registre de l'enquête publique afin d'obtenir toutes les garanties sur les préoccupations suivantes : sécurité et impact de l'entreprise sur les riverains et toute la population trébéenne, gestion des eaux, risque de pollution, nuisances sonores, poussières, intégration paysagère des installations dans le site et mise en place d'un réseau d'alerte...

Sous réserve de toutes ces garanties, élus de la majorité et de l'opposition ont tous émis un avis favorable.

Il sera demandé à Monsanto de ne débuter les travaux qu'après le rendu et l'avis favorable de l'Etat d'ici un mois environ.

Christophe Barthès entendu :

Le conseil municipal se terminait sur l'information suivante : suite à une demande de Christophe Barthès, conseiller FN d'opposition, un terrain de jeux au bas de la Calade, près du pont d'Orbiel sera mis à la disposition des jeunes du vieux village pour que ce dernier retrouve un certain calme.

conseil municipal

24.04.2014

Débat d'orientation budgétaire au conseil municipal

Les comptes de la commune étaient au cœur des débats lors du dernier conseil municipal.

conseil municipal

Pour Eric Ménassi, le nouveau maire,"les comptes sont dans le rouge et la commune pourrait très rapidement rentrer dans le réseau de surveillance". Il ajoutait : "c'est l'ancien maire de Trèbes, qui portera l'entière responsabilité de cette gestion irresponsable qui a fortement endetté nos concitoyens et personne d'autre". La ville a reçu sur 2013, 40 000 €uros d'aides institutionnelles pour un budget global de 8 millions d' €uros : «c'est impensable».

Le Maire ayant exposé l'analyse financière de la commune eu égard au contexte financier national et aux orientations budgétaires de l’État concernant le secteur public local et son impact sur la collectivité détaillait ensuite les perspectives et orientations de la commune pour les années à venir.

«Dépenser moins, maximiser les recettes, voilà aujourd'hui ce que la nouvelle équipe a bien l'intention de faire».

Par ailleurs, la population trébéenne depuis 2006, décroît lentement  (5 618 au 1er janvier 2006 et 5 430 habitants au 1er janvier 2013), à moyen terme, la nouvelle majorité s'engage à redonner de l'attractivité sur Trèbes afin d'inverser cette tendance.

"Avec l'ancienne municipalité, la course à l'emprunt était de mise, des mesures de désendettement doivent être prises pour garantir l'indépendance budgétaire de la commune et ce recours à l'emprunt sera minimisé".

Avec son équipe, Eric Ménassi affirme rechercher toutes les solutions, toutes les sources de financement auprès de tous les partenaires tant en fonctionnement qu'en investissement....

Une chose sûre :  la taxe d'habitation devrait être maintenue au même taux et les taxes foncières, bâti et non bâti, diminuer.

L'enveloppe des indemnités de fonction attribuées au maire et élus municipaux reste inchangée et la répartition différente puisque les 12 conseillers municipaux de la majorité seront rétribués (en brut mensuel, Maire : 1 590 €, les 8 adjoints : 556 € et les 12 conseillers : 228 €).

C'est lors du prochain conseil municipal que la nouvelle équipe donnera par l'intermédiaire de son budget les orientations définitives de sa politique pour l'année à venir.

 

 

17.04.2014

Fin de conseil municipal tendue

Nombreux étaient ceux et celles qui avaient pris place dans la salle des délibérations pour ce conseil municipal au cours du quel ont été composées les commissions municipales. C'est Eric Ménassi qui proposait les noms des élus de la majorité, Sébastien Ribéra et Christophe Barthès en tant qu'élus d'opposition indiquaient les leurs.

conseil municipal

Les commissions concernant les appels d'offre + adjudications ainsi que le CCAS ont été votées à bulletins secrets.

Ces commissions ont été adoptées à l'unanimité et sont composées de trois élus de la majorité et de deux élus de l'opposition.

Les autres commissions internes ont été votées à main levée et à l'unanimité. Les délégués de la commune dans les organismes extérieurs ont été élus à chaque fois avec 8 abstentions venant des élus de l'opposition.

Les délégations d'attributions à Monsieur le Maire ont été votées à l'unanimité.

Les questions orales ont été plus animées.

Christophe Barthès règle ses coptes avec Sébastien Ribéra :

Christophe Barthès s'est adressé à Sébastien Ribéra en personne lui reprochant certains propos que des membres de sa liste auraient tenu accusant la liste FN de «manipulations» et surtout signalant qu'entre les deux tours Sébastien Ribéra lui avaient téléphoné «à sept reprises, au début pour lui demander de se retirer puis de le lever le pied».

Christophe Barthès précisant qu'il n'était en aucun cas responsable ni de la victoire des uns, ni de la défaite des autres et qu'il comptait bien représenter dignement les trébéens qui avaient voté pour lui.

Eric Ménassi pris alors la décision d'interrompre Christophe Barthès et a levé la séance.

Sébastien Ribéra joint mercredi matin par téléphone assure «n'avoir effectué aucune transaction» avec Christophe Barthès.

06.01.2014

Aménagement des rythmes scolaires en maternelle et primaire

Le 9 juillet 2013, le conseil municipal avait voté, à la majorité, le report à la rentrée 2014 de l'application des nouveaux rythmes scolaires.

Mais, il fallait impérativement  faire voter en conseil municipal avant le 31 décembre 2013, les horaires proposés au Directeur Académique des Services de l’Éducation Nationale pour la rentrée 2014.

écoles, conseil municipal

Marie-Antoinette Biel, adjointe en charge des écoles, respectant cette obligation, a présenté lors du dernier conseil municipal les horaires choisis.

Après s'être appuyée sur les retours d’expérience des 6 communes de l'agglo ayant appliqué la réforme dès septembre 2013 (Alzonne, Azille, Pépieux, Rieux Minervois, Rustiques et Villeneuve Minervois), deux réunions avec les enseignants des 6 écoles de la ville et une réunion avec les 24 parents délégués, il s'est avéré que tous adhéraient à l'application des mêmes horaires sur les 6 écoles mais pas vraiment sur les horaires proposés par la municipalité (les enseignants voulant, dans un premier temps, terminer la journée à 15 h 30 puis proposant 15 h 45 et la municipalité 16 h). 

Ce sont finalement, les horaires suivants qui ont été adressés au D.A.S.E.N. : 8 h 55 - 11 h 55 ( 8 h 45 -11 h 45 pour les écoles de l’Aiguille à cause du transport pour la cantine) et 13 h 45 - 16 h.

Il va de soi que ces horaires ont été étudiés en positionnant l'intérêt de l'enfant au centre et en respectant les 3 impératifs incontournables : 1 journée de 5 h 30 d'enseignement maximum, 1 demi-journée de 3 h 30 maximum et une pause méridienne de 1 h 30 minimum.

A partir de 16 h, la municipalité devra prendre en charge le Temps d’Activité Péri-éducatifs (TAP).

Ces horaires ont été votés à l’unanimité par le conseil municipal du 17 décembre.

Aujourd'hui, l'adjointe, même si c'est la nouvelle municipalité qui gérera ces TAP, continue à préparer les dossiers en collaboration avec les associations trébéennes.

Les pistes pour les animations péri-éducatives sont nombreuses.  De la danse, à l'initiation à la musique ou  aux langues, en passant par des ateliers cuisine ou scientifique, scrapbooking, prévention routière, les idées ne manquent pas.

Cette nouvelle activité n'est pas obligatoire mais si l'enfant s'inscrit, il devra être présent de 16 h à 17 h.

Pas plus de 18 enfants pour les classes élémentaires et pas plus de 14 pour les maternelles, encadrés par une personne diplômée et un bénévole éventuellement.

La mise en place de ces ateliers coûtera à la municipalité entre 150 et 200 €uros par enfant (le ministère remboursant 50€) et qui dit municipalité dit contribuable, les associations quant à elles pourraient recevoir des subventions en contrepartie.

Ce temps d’activité péri éducatif peut être payant ou gratuit pour les familles.  Marie-Antoinette Biel, qui ne peut pas bien entendu se prononcer sur ce côté financier, finalise le tout pour que son successeur puisse se mettre très vite au travail...