11.12.2013

Les conseils de "Fifi" manquent déjà aux petites mains du club des ainés

joséphine Herrera
Joséphine Herrera s'en est allée, un peu trop vite pour les siens...

Elle aurait fêté ses 90 printemps, le 1er Mai 2014, mais elle vient de quitter cette vie trébéenne à qui elle a tant donné.

70 ans de vie à Trèbes et un investissement dans le milieu associatif dès sa retraite.

La famille Herrera fait partie des histoires trébéennes...son époux, Pio, ce fervent supporter du club de football qui arpentait la touche tous les matchs servant même de porteur de seau à l'éponge miracle ou encore de masseur pour toute une génération de footballeurs, tout en s'investissant aux clubs de tennis de table et jeu lyonnais; leur fils Robert, qui a conduit plus d'un collégien en Allemagne ou en Espagne, lui, le chauffeur de car aux longues distances et enfin «Fifi », cette couturière de profession dont certaines sexagénaires, aujourd'hui encore se souviennent... «mon petit manteau bleu à capuche» qu'elle avait entièrement confectionné pour l'une d'entre et que cette dernière portait fièrement lors de la fête locale, avec «les chaussettes blanches».

Elle avait créé le club de couture sous la présidence de Raymond Moutou dans les pré-fabriqués situés au bord du canal et depuis elle continuait à coudre avec ses copines du club des aînés, elles qui disent aujourd'hui :« Fifi, c’était la gentillesse même, jamais une mauvaise parole, pour la couture elle était de bons conseils...elle va beaucoup nous manquer, toujours le sourire malgré la souffrance des derniers jours, c’était une des plus ancienne du club et il n'y a pas de mots pour exprimer notre tristesse devant la perte de notre regrettée Fifi».

Ses obsèques auront lieu ce mercredi 11 décembre, à 15 heures, en l’Église Saint-Étienne.

12:32 Publié dans Décès | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

19.09.2013

Hommage à Georges Deniort

Ils étaient nombreux à s'être rassemblés dans l'église Saint-Étienne pour rendre un dernier hommage à ce natif de Trèbes qui passa toute sa vie dans la commune.

Georges Deniort, fils du dernier Maréchal Ferrant dont la forge se situait juste en face la Mairie et qu'encore aujourd'hui plusieurs générations de trébéens ont en mémoire, s'est éteint à l'âge de 82 ans.

Soudeur, serrurier de formation c'est à la STIB qu'il termina sa vie professionnelle, mais c'est son implication dans la vie associative qui en a marqué plus d'un!

Tout d'abord, enfant, avec Guy Monnier et Georges Calvet, il forma le trio infernal que tous surnommaient «Los Païcherats», tant ils faisaient les quatre cent coups à la Païchère, ce barrage situé sur l'Aude près du Domaine de la Roque!

Il pratiqua le football en tant que gardien dans l'équipe locale tout en jouant également au rugby, sport pour lequel il eut une vraie passion. A 14 ans, il jouait déjà au sein de l'équipe première de Trèbes, mais c'est l'appel du XIII qui lui fit rejoindre les juniors de l'ASC avec une sélection en équipe de France, un petit détour à Aurillac puis retour à Limoux XIII où il rencontra celle qui allait devenir son épouse Marcelle. 

A 35 ans, il rangea les crampons après quelques années au sein de l'US Trèbes avec un titre de Champions du Languedoc, acquis aux côtés des tout jeunes débutants d'alors Alain Bonnaud, ou autres frères Barthès.

Père de trois fils, l'un d'entre eux,  André, jouant au hand ball, le détourna du ballon ovale dans les années 70... Il s'investit alors aux côtés de Guy Pech dans l'encadrement du club et fut même arbitre départemental, c'est là que son fort caractère sévira...les joueurs ne faisaient pas le poids...cet arbitre là n'avait peur de rien!

Puis, il choisit des passions plus paisibles, meilleur pêcheur que chasseur, aux dires des siens, il aimait taquiner la truite et profiter de la nature, tout en tirant et pointant sur le boulodrome de la Petite Boule...

Georges Deniort fut également l'un des premiers fondateurs  des échanges avec les allemands de Wickenrode, recevant les familles allemandes ou allant chez eux, son épouse et lui tissèrent de solides liens d'amitié.

Bon vivant, il aimait sa famille et était très fier de ses six petits enfants et de ses deux arrières petites-filles à qui il manque déjà.

19:44 Publié dans Décès | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

11.06.2013

La maladie a fini par emporter Gérard Falandry

Qui ne connaissait pas Gérard Falandry, lui qui était toujours dévoué au service des autres ?

gérard falandry

Ses obsèques se dérouleront aujourd'hui à 15 heures en l'église Saint-Etienne.

 

Un homme de cœur :

Président de l'Office municipal des sports et loisirs depuis de nombreuses années, Gérard Falandry ne comptait pas les heures passées au service des multiples associations composant le milieu associatif si dense dans sa commune.

Après avoir été également longtemps président de "La Trébéenne", association de pêche, il a passé le relais à Jean-Pierre Arcier, mais en restant trésorier.

Il a aussi créé le club des Rode'aires trébéens au sein duquel il était un président "pilote et guide", entraînant les participants dans des randonnées pour lesquelles joie et convivialité étaient les maître-mots.

Pudique, il s'est battu contre ce mal de la façon la plus discrète.

Au cours de ces derniers mois, qui l'ont tenu loin de son bureau, il manquait déjà beaucoup à tous.

En septembre, il ne sera pas là pour animer ce forum des associations qui lui tenait tant à cœur. Ce forum dont il s'est occupé malgré tout mais pour lequel, il ne pourra pas mettre la touche finale.

Les inscriptions étaient déjà nombreuses et au fond de lui, il devait en être heureux. Gérard Falandry va laisser un grand vide dans la vie locale.

A son épouse, ses enfants et toute sa famille, sincères condoléances.

09:08 Publié dans Décès | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

05.04.2013

Le village dans la peine

En ce début de semaine, deux « figures du Trèbes d'avant» viennent de nous quitter.

Georges Calvet et André Salvagnac connus, entre autre, l'un dans le monde sportif et l'autre dans la vie municipale et viticole.

Georges Calvet, ancien rugbyman, n'a pas hésité à arpenter les terrains de football pour suivre ses deux fils Bruno et Philippe lorsqu'ils portaient le maillot orange et noir, même si Philippe choisira plus tard, à son tour le ballon ovale, et trouver une mort si brutale sur un terrain de jeu.

Georges Calvet était marié à Jacqueline Engel, la fille de l'ancien garde municipal  et André Salvagnac, quant à lui siégeait à la mairie en tant que conseiller municipal puis adjoint auprès d'un dénommé Jean Sol avec lequel, en juillet 1972, il fit partie, avec son épouse Marcelle, de la délégation d'élus trébéens présents à Helsa,  pour la signature de la charte du Jumelage.

Viticulteur de profession, André Salvagnac, était tout autant dévoué au monde viticole qu'à son village, pour les viticulteurs de Trèbes et des environs, il a créé la coopérative agricole d'achats en commun dont il a été longtemps le président, les anciens se souvenant encore de son ancien emplacement face à la coopérative...et que dire de son engagement auprès de cette « coopé »,en 1991 quand la situation de cette dernière était désespérée. Il n'hésita pas à en prendre les rennes épaulé de quelques autres et se battant pour elle, il la fit même évoluer de façon considérable puisqu'il est à l'origine de la mise en place des premiers pressoirs.

Georges Calvet a été inhumé mardi et  André Salvagnac jeudi.

Au moment de la messe de sépulture d'André Salvagnac en ce jeudi matin, on apprenait un troisième décès, celui de Jean-Pierre Rouquet, lui aussi ancien chef d'entreprise trébéen très connu et issu d'une famille ancré dans notre village depuis plusieurs générations.

Agé de 70 ans, il est mort subitement plongeant à nouveau ses deux enfants la peine en disparaissant huit mois après le décès de Claudine son épouse et leur maman.

La célébration religieuse aura lieu le samedi 6 avril 2013 à 16 h 30 en l'église de Trèbes où l'on se réunira.

09:50 Publié dans Décès | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

17.03.2013

La petite boule trébéenne en deuil

Le président Michel Sanchez communique :                                         

C'est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de notre jeune ami Jérémy qui nous a quittés après une si longue  et implacable maladie.

Malgré une greffe tentée il y a quelque temps , son état de santé n'a cessé de se détériorer. Beaucoup de souffrances pour lui et  sa mère qui l'a assisté jusqu'à ces  derniers jours. avec  tout l'amour qu' une mère peut prodiguer à  son fils.

Jérémy  pendant plusieurs saisons a pratiqué la pétanque au sein de notre club où il était très  estimé  par son niveau de jeu et la sympathie naturelle que nous avons tous appréciée..

Sa mère Brigitte actuellement trésorière de notre association a, avec beaucoup de mérité et de courage, accompagné son fils jusqu'au dernier jour.

Elle n'a pas pour autant délaissé ses responsabilités très importantes au sein du bureau où elle est unanimement estimée pour sa compétence et son dévouement.

Les membres du bureau et tous les licenciés  de la Petite Boule Trébéenne présentent à Brigitte et ses enfants les plus sincères condoléances et l'assurent de leur profond soutien.

09:33 Publié dans Décès | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

24.02.2013

Gilbert Carivenc nous a quittés

Il fait partie de la dernière génération de ceux qui naissaient encore dans la maison familiale...et oui «Gigi» est né à Trèbes, il y a 63 ans, Place du Plo, le centre du monde pour lui!

La mort est venu le chercher, sans bruit alors qu'il dormait sur son canapé, une disparition discrète qui lui correspond bien.

Mais, il a surtout marqué les mémoires de plusieurs générations de footballeurs.

Dès ses dix ans, avec son frère Daniel il chausse les crampons pour ne les quitter que 23 ans plus tard. Son père Louis, fidèle supporter, l'accompagnait depuis le bord de la touche, l'applaudissant le jour où quelques années plus tard, il devient avec l'équipe champion de l'Aude, sous la présidence d'un certain Joseph Peytavi, disparu depuis peu.

Puis, c'est en promotion de ligue, qu'aux côtés de Louis Tézolin, Claude Nézereau et Michel Delpech qu'il vient de rejoindre, qu'il joua pendant dix ans et c'est vers la fin de sa carrière de footballeur qu'il encadra sur le terrain les jeunes  pousses d'alors : Christian Reffre, Alain Franc et tous les autres...

Mais, les maladies plus lourdes les unes que les autres se sont enchaînées et ne l'ont plus quitté pendant ses trente dernières années. Malgré tous ses problèmes de santé il vivait heureux, toujours souriant en compagnie de son caniche Joki qu'il allait promener vers le Devez où parfois il retrouvait Roger Reffre ou Nono Vieux pour parler du Trèbes d'avant, son Trèbes à lui...

Il laisse un grand vide auprès de Martine, son épouse, il manque à son frère et sa sœur et tous ceux qui lui étaient chers mais bien des amis le pleurent également aujourd'hui.

gilbert carivenc

"Gigi" toujours souriant et son fidèle Joki.

12:19 Publié dans Décès | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

13.02.2013

Pierre Bousquet nous a quittés

Eric Ménassi, président du Trèbes Football Club communique :

Un grand monsieur du football trébéen s’est éteint cette semaine à l’âge de 93 ans.

Le nom de « Pierrot » Bousquet a durant plusieurs décennies été associé aux sports trébéens, au tennis, l'une des figure emblématique de l'équipe en son temps, et au football en particulier. Il fut tour à tour l’ami, le père et le grand-père de plusieurs générations de joueurs du club, qui se souviennent avec nostalgie de sa gentillesse et de sa disponibilité.

Cet homme généreux aimait le sport et il adorait le football.

Mais Pierrot aimait par-dessus sa ville : Trèbes. Un amour passionnel, quasi viscéral.

Au crépuscule de sa vie, c’est à Trèbes qu’il a souhaité terminer ses jours. Pouvait-il en être autrement ? De la rue Riquet, aux berges du canal du Midi, en passant par « la calade » et « le dévès », le cœur de Pierrot battait au rythme des saisons et de ces paysages …

La grande famille du football trébéen s’associe à la peine de ses enfants, de ses petits-enfants, de sa famille et de ses proches ; et c’est avec beaucoup d’émotion et une immense peine, que nous leurs adressons nos plus sincères condoléances.

TFC

Pierrot Bousquet (au deuxième plan) accroupi derrière Roger Lacoste.

09:43 Publié dans Décès | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |