31.03.2014

Eric Ménassi s'impose de 60 voix

"Ce n’est pas l’euphorie, mais une fierté!» Il est 20 h 20 et Éric Ménassi, futur maire de Trèbes, goûte avec humilité la victoire de sa liste.

 

politique

Sa formation, soutenue par le Parti socialiste (PS), s’est imposée avec 60 voix d’avance sur son principal adversaire Sébastien Ribéra. Le candidat frontiste Christophe Barthès a, quant à lui, gagné une soixantaine de voix par rapport au 1er tour.

Pour la première fois de l’histoire, le conseil municipal de Trèbes comptera des élus FN (trois).

«C’est le résultat d’une campagne propre, contrairement à mes adversaires, sans clientélisme et fausse promesse», estimait Christophe Barthès. Les électeurs de Franck Alberti (17,18 % au 1 er tour) et de Denis Navals (5,54 %) se sont visiblement partagés entre les deux principaux concurrents de la triangulaire.

C’est escorté d’André Viola, président du conseil général et de Gisèle Jourda, candidate PS qui avait échoué en 2008, que le futur premier magistrat a fait son entrée dans la mairie. Son discours a été bref pour remercier ses électeurs. Tout en estimant que «le plus difficile» serait la suite.

En aparté, il a avoué que le second tour avait été «un vrai tour de force »alors que ses «adversaires ont voulu politiser» le débat.

Son challenger Sébastien Ribéra s’est, pour sa part, avoué «un peu déçu par les résultats», tout en estimant « avoir mené un combat loyal et propre».

Une page s’est tournée, hier soir, à Trèbes après un quart de siècle de gestion par Claude Banis. «Ce n’est pas le résultat que j’escomptais», a avoué le maire dont le mandat prendra fin vendredi, à 18 h 30, avec l’installation du nouveau conseil.

Selon lui, son successeur pourra s’appuyer sur le conseil général et régional, eux aussi socialistes, pour mener ses projets. Ce qui n’était jusqu’ alors pas toujours le cas à Trèbes, selon le maire sortant.

10:33 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Résultats 2è tour bureau par bureau

Bureau 1 : Mairie
Inscrits : 903
Votants : 691
Nuls : 23
Exprimés : 668

Barthès : 150 Ribéra : 278 Ménassi : 240. Bureau 2 Floralies : Inscrits : 1045 Votants : 847 Nuls : 21 Exprimés : 826 Barthès : 176 Ribéra : 316 Ménassi : 334. Bureau 3 : Dojo : Inscrits : 1509 Votants : 1185 Nuls : 31 Exprimés : 1154 Barthès : 309 Ribéra : 402 Ménassi : 443. Bureau 4 : Aiguille : Inscrits : 750 Votants : 564 Nuls : 23 Exprimés : 541 Barthès : 110 Ribéra : 196 Ménassi : 235. Total : Inscrits : 4207. Votants : 3287 Nuls : 98 Exprimés : 3189 "Trèbes Rassemblement Bleu Marine" : Christophe Barthès : 745 : 22,67% "Unir et Agir pour Trèbes" : Sébastien Ribéra : 1192 : 36,28% "Vraiment Trèbes" : Eric Ménassi : 1252 : 38,1 %.

Eric Ménassi est le nouveau maire de Trèbes.


. Elus au conseil municipal :

Liste Eric Ménassi : 21.
Liste Sébastien Ribéra : 5.
Liste Christophe Barthès : 3.

. Elus Communauté d'Agglomération :

Liste Eric Ménassi : 4
Liste Sébastien Ribéra : 1
Liste Christophe Barthès : 0.




09:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

27.03.2014

Election, passion, religion...

C’est un incident diversement apprécié et commenté au pied du clocher de l ’église Saint-Étienne, à Trèbes. Qu’on pourrait rebaptiser Clochemerle du coup. Dieu nous l’accorde...

Un “gag” pour certains. Qui ne fait pas rire tout le monde. Pas les sœurs de la communauté religieuse locale en tout cas. Ni les paroissiens. Encore moins le curé, directement concerné.

Voici donc l’histoire, telle que nous l’ont contée plusieurs témoins : nous sommes dimanche, quelques minutes avant l’heure de la messe.

égliseDans la foule d’électeurs se rendant en procession remplir leur devoir civique, se trouve le curé du village. L’abbé Patrick Gandoulas (qui n’a pas souhaité s’exprimer, Ndlr) dépose son bulletin dans l’urne, accordant ainsi sa voix -pas forcément celle du seigneur - à l’un des candidats en lice.

Le tout avant d’aller prêcher la bonne parole. «J’ai voté juste avant monsieur le curé. Etant moi-même pratiquant, je l’ai attendu afin que nous nous rendions ensemble à l’église. C’est alors qu’il a été apostrophé par l’un des scrutateurs, affirme Bernard Castan. Ce dernier lui a reproché de porter une croix autour du cou, estimant qu’il manifestait ainsi ostensiblement une appartenance religieuse. Effec- tivement.... » «Absolument personne n’a compris. Rien ne l’interdit, même pas la loi sur les signes religieux,s’étonne encore le fidèle ami du curé. Ça démontre l’étroitesse d’esprit de cet individu», considère encore le président du Cercle taurin carcassonnais, électeur à Trèbes, qui ne cache pas sa préférence pour un candidat au premier tour, plus que pour les autres.

Bernard Castan se dit prêt à passer une croix autour du coup pour aller voter, lors du second tour...

Trèbes perdra-t-elle ses airs de Clochemerle dimanche prochain ? Ou plutôt de Brescello, ce petit village italien où le curé Don Camillo et le maire Peppone se livrent une guerre d’influence à grands coups de joutes philosophiques parfois musclées...

Tout le monde l’espère. Dieu les entende....

Gérard Cathala.

 

12:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Second tour : la triangulaire de tous les possibles

Ils étaient cinq au départ, ils ne seront plus que trois dimanche : Eric Ménassi, Sébastien Ribéra et Christophe Barthès. Pronostic difficile.

 Bien malin qui peut prédire le résultat qui va sortir des urnes dimanche, à Trèbes, pour le second tour des municipales.

La semaine dernière, ils étaient quatre à pouvoir prétendre disputer la finale : Eric Ménassi (33,09%), Sébastien Ribéra (22,12 %), Christophe Barthès (22,06 %) et Franck Alberti (17,19 %).

Mais ce dernier n’a pas déposé de liste en préfecture, et a justifié son retrait hier dans un communiqué. «Il est devenu insupportable de vivre dans un contexte où on nous dicte tout, où les politiques nous disent comment penser et parler», écrit-il, avant de «laisser aux Trébéens le choix d’élire leur maire et leur conseil municipal».

politiqueUne sorte de non-décision dans laquelle Sébastien Ribéra voit «un message clair contre la logique des partis, qui est aujourd’hui notre marque de fabrique».En clair, l’ex-PS -qui estime s’être aujourd’hui forgé non seulement une notoriété, mais une image «d’homme libre à la tête d’une équipe libre» veut voir dans la «non-décision» d’Alberti un appel à voter pour lui... «Je prends l’engagement solennel, si je suis élu, que je ne rejoindrai jamais aucun parti politique et que dans les instances ou je siégerai, je ne prendrai les décisions que dans l’intérêt des Trébéens»,martèle par ailleurs M. Ribéra. Une autre maniè- re de se démarquer de celui qui reste son principal adversaire, Eric Menassi, soutenu par le PS.

 

 

politique

 

 

«Je prends acte de la décision de M. Alberti. C’est seulement dommage qu’il n’y ait aucun représentant de la droite républicaine au second tour», commente pour sa part Eric Ménassi, qui parle de «réel danger sur cette élection» et qui estime que «d’avoir fait 17 %des voix donne certaines responsabilités ». Ses propres 33 %au premier tour sont, selon lui, un «bon résultat, malgré les cinq listes et la présence d’une dissidence au PS ». Il se dit «prudent mais serein» pour le second tour.

 

 

politique

 

Un second tour que Christophe Barthès, le candidat du Front National espère bien remporter. «Les autres listes ont fait le plein.De plus, le fait qu’il y ait deux listes de gauche, même si l’une s’en défend, est une bonne chose pour nous». Christophe Barthès en est persuadé :«Les trois-quart des électeurs d’Alberti et de Navals (la liste des anciens adjoints, qui a fait 5,55 % au premier tour,NDLR) se reporteront sur nous ». S’il le dit...

 

                                                   Laurent Rouquette.

12:29 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

24.03.2014

La liste Ensemble plus loin de Franck Alberti ne sera pas au second tour

L'avocat Franck Alberti, arrivé en quatrième position du premier tour de l'élection municipale de Trèbes avec un peu plus de 17 %, soit 533 voix, ne sera pas présent au second tour. Il vient de l'annoncer ce lundi matin, après avoir constaté que, s'il se maintenait, il "porterait la responsabilité de ce qui va se passer".

"La seule liste avec laquelle j'exclus de discuter est celle du Front National" (arrivé en troisième position avec 22,06 %,). Franck Alberti attend des contacts avec Eric Menassi (PS, arrivé en tête avec 33,09%) ou avec Sebastien Ribéra (second avec 22,13 %).

"Il faudra voir dans quelles mesures des éléments de notre programme sont pris en compte", ajoute Franck Alberti.

La date limite de dépôt des listes pour le second tour est fixée au mardi 25 mars à 18 h, ce qui laisse encore plus de 24 h de négociations.

12:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Résultats Municipales 1er tour.

  • "Trèbes Rassemblement Bleu Marine" - Christophe Barthès : 684 voix : 22,06%.

    "Unir et Agir pour Trèbes" - Sébastien Ribéra : 686 voix : 22,13%.

    "Vraiment Trèbes" - Eric Ménassi : 1026 voix : 33,09%.

    "Ensemble" - Denis Navals : 172 voix : 5,55%.

    "Ensemble plus Loin" : Franck Alberti : 533 voix : 17,2%.

Inscrits Votants Exprimés Participation Abstention
4209 3174 ( 75.41%) 3100 75.41% 24.59%

12:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

18.03.2014

Sébastien Ribéra signe la charte BTP

politiqueDepuis 5 ans, 7 emplois sont détruits chaque jour dans le Bâtiment en Languedoc Roussillon. Dans notre département, ce sont plus de 2 500 emplois qui ont été perdus !

Face à ce constat, les fédérations du bâtiment de la région ont lancé une campagne en direction des candidats et candidates aux élections municipales de mars 2014, leur demandant de s'engager en signant le Pacte pour le Bâtiment 2014.

En début de semaine, Sébastien Ribéra a été le premier candidat à la mairie de Trèbes à signer le pactepour le bâtiment. Ces engagements étant déjà intégrés dans le programme de l’équipe «Unir et Agir pour Trèbes » qui s’engage : à placer les enjeux de l’emploi dans le bâtiment au cour des débats des élections 2014 et :

Mener une politique active d’investissement pour la construction.

Libérer du terrain constructible et adapter la fiscalité de l’urbanisme.

Choisir des entreprises employant de la main d’œuvre locale.

Détecter les offres anormalement basses et choisir systématiquement le mieux disant.

Favoriser l’installation et le développement économique des artisans et entreprises.

Respecter les délais de paiement des entreprises et artisans.

Encourager la performance énergétique des bâtiments en incitant notamment les administrés à avoir recours à une entreprise RGE (Reconnue Grenelle Environnement).

Améliorer l’accessibilité des bâtiments.

 

11:23 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |