02.07.2015

Dernier conseil municipal avant la période estivale

Cap sur le cœur du village : le Trèbes de 2026 et son programme d’aménagement urbain pour faire renaître le centre ville.

Il s'agit d'une volonté politique :«Mettre en œuvre un programme de dynamisation et de réaménagement global entre Aude et Canal, programme sur une douzaine d'années».

Pour améliorer la  qualité urbaine et l’environnement, redonner une qualité de vie aux trébéens et mieux accueillir les visiteurs soulignaient le Maire et Patrice Leplat, l'élu en charge de l'urbanisme, qui présentait le projet».

«Projet qui s’articule sur un plan communal d’ensemble traitant la restructuration des principaux accès au cœur de Trèbes, mais également prévoyant de réhabiliter le patrimoine immobilier, revaloriser le patrimoine historique, valoriser les espaces publics et l’environnement, développer les équipements culturels et touristiques, animer la vie économique, apaiser les relations sociales, moduler la circulation automobile et le stationnement, renforcer les déplacements doux...

C'est un plan dans le temps, au fil des années, les trébéens assisteront à l'évolution de leur village. Première programmation : 2016.

Autre point, celui présenté par Gisèle Jourda, le transfert de la bibliothèque vers les locaux de l'ancienne crèche. Le but, améliorer le service de lecture publique, offrir un espace aménagé en cohérence avec la modernité et ramener la vie dans le centre du village.

Toutefois, Christophe Barthès, conseiller FN d'opposition, tenait à signaler que ce bâtiment faisait l'objet d'un bail emphytéotique consenti et accepté par l'ancienne municipalité sous des charges et conditions bien spécifiques.

Dernièrement la famille De Garnier Des Garets, lors d'une discussion, lui aurait expliqué que les clauses actuelles ne répondent pas favorablement à la création de cette bibliothèque à cet endroit. Christophe Barthes, nullement opposé à ce projet, s'interrogeait simplement «doit-on demander les subventions avant d'avoir l'accord sur la réalisation...?» voilà pourquoi son groupe s'est abstenu lors du vote 

conseil municipal

Pour conclure un conseil tourné vers l'avenir, les collégiens de Gaston Bonheur étaient mis à l'honneur et présentaient : New-Connect, la mini entreprise qu'ils ont créée, comprenant tout ce qui se fait de mieux en matière de nouvelles technologies pour assurer la promotion touristique du Canal du Midi et de l’Église Saint-Étienne.

30.05.2015

La sécurité évoquée lors du dernier conseil municipal

C'est un conseil municipal à l'ordre du jour enfermé dans un carcan très administratif qui a eu lieu devant un public, un peu plus clairsemé qu'habituellement, jeudi soir.

 

conseil municipal

Il a fallu attendre les questions orales pour que des sujets plus proches des citoyens soient abordés.

Le Maire Eric Ménassi a alors évoqué en tout premier lieu, la sécurité, «ce problème irritant» pour beaucoup de trébéens.

De concert avec la Gendarmerie Nationale, depuis quelques jours, des gendarmes à moto sont présents dans la commune. Une convention entre Mairie et Gendarmerie de Trèbes est en cours de signature. Au cours de la période estivale, 8 gendarmes, 6 mobiles et 2 réservistes seront affectés à la COB (Communauté de Brigades de Trèbes).

Au sujet des vidéo-caméras évoquées depuis plusieurs mois, les premières devraient être installées début juillet sur la ville. Les délais administratifs sont très longs mais la mise en concurrence prenant fin le 10 juin prochain, le CLSPD (Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance) se réunira mi-juin pour désigner les lieux sur la ville où les premières caméras posées seront les plus efficientes.

Concernant les emplois saisonniers : la conjoncture financière ne permettant pas de répondre favorablement à toutes sollicitations en matière de demandes d'emplois saisonniers, cette année, seuls 12 emplois saisonniers feront l'objet d'une affectation pertinente.

Quant aux travaux réalisés sur l'Aude, Eric Ménassi évoquait l'abattage de l 'ensemble des arbres se trouvant sur les îlots naturels et l'évacuation de leurs racines. La nature faisant ensuite son œuvre, ces îlots ne seront pas détruits. Avant l'automne, un travail de fond sur les berges de la rivière qui s'affaissent dangereusement côté sud, sera effectué.

La commission «Accessibilité aux personnes handicapées» tiendra sa première réunion de travail, le 8 juin, au programme : les travaux de mise en accessibilité des bâtiments communaux a annoncé l'adjointe Jeannine Garino.

Interrogé par Christophe Barthès, opposant FN, sur l’état des finances de l'Aqua Club? Le maire répondait avoir été informé par la Présidente du club d'un déficit important, déficit structurel semblant courir de longue date. A ce jour le Maire est en attente de la validation des chiffres, assurant qu'il portera un regard attentif sur cette association forte de 450 adhérents.

 

27.05.2015

Jeudi 28 mai : conseil municipal

Début de la séance : 19 h 30.

Ordre du jour:

- Organisation et fonctionnement du conseil municipal.
- Gestion du personnel
- Commande publique
- Urbanisme
- Propriétés publiques
- Subventions
- Informations et questions.

03.03.2015

Les autres points abordés lors du dernier conseil municipal

conseil municipal

Lors de la longue séance consacrée au débat d'orientation budgétaire, les projets à engager ont été énoncés : remise en état de l'étanchéité des écoles élémentaires (menuiserie), installation vidéosurveillance,  travaux de préparation à l'aménagement de la route Minervoise (RD 206), ces investissements seront par ailleurs cofinancés par l’État, le Conseil général pour les écoles et par l’État et l'enveloppe parlementaire de la Sénatrice pour la vidéosurveillance.

Une troisième campagne d'abattage : 71 platanes vont être abattus dans les prochains jours. Abattre les platanes malades atteints par le chancre coloré est un obligation légale. A ce jour, les traitements n'ont pas vu leurs essais validés quant au vaccin, comme tout vaccin, il ne peut être effectué que sur des arbres sains. C'est entre Millegrand et Millepetit et côté Villedubert que les platanes seront abattus. Une replantation au bord du canal, côté du pont de la Rode est déjà programmée. Les arbres replantés seront des chênes à feuilles de châtaigniers,qui, au fil du temps, auront le même volume que les platanes aujourd'hui malades. 

En quête de recettes, la commune va proposer à la location trois logements vacants et 1 maison, sur un tarif unique, sur la base de 5 ou 6 € le mètre carré. «Le camping des Micoucouliers» passant en régie municipale, un budget annexe et deux régies de recettes ont été créées.

La commune souhaite s'inscrire dans le dispositif du service civique, il s'agit de recruter des volontaires (de 16 à 25 ans) six à douze mois, qui donneront de leur temps à la collectivité moyennant une indemnité versée directement par l'État.

A sa question soulevée lors du dernier conseil, Sylvie Pelletier, élue d'opposition, s'est vue répondre qu'en cas de retard d'un enfant qui participe au TAPS, il est accueilli en étude surveillée gratuite.

Jacques Sentenac, lui, s'inquiétait du fait que les parents d'élèves aient été informés de la fermeture de l'école maternelle du centre ville pour la rentrée 2015 et de la fermeture de l'école primaire en 2015 ou 2016.  «Les enfants du centre-ville pourraient donc aller demain dans d'autres écoles ?», interrogeait-il. Le maire répondait que «pour l'instant, aucune décision n'avait été prise, même s'il y avait de forte probabilité eu égard à la baisse démographique, une rencontre avec la Directrice de l’Éducation Nationale est prévue à cet effet. 

C'est, lundi 2 mars que le nouveau DGS était accueilli en mairie.

 

 

 

01.03.2015

Une hausse d'impôt, mais de combien?

En préambule du conseil municipal, le maire évoquait «la fin des différents épisodes judiciaires, qui depuis 10 mois, animait la vie politique locale. Le conseil d’état ayant rejeté l'annulation demandée pour les élections 2014, par Messieurs Ribéra et Alberti, il émettait le souhait que chacun dorénavant «se consacre aux affaires de la commune».

conseil municipal

Puis, il passait le micro à l'adjoint, délégué aux finances, Didier Carbonnel, pour un exercice ô combien périlleux : donner la réelle situation financière de la commune.

Diffusée sur un écran pour que le public puisse suivre, l'adjoint détaillait la situation de la collectivité.

La DGFIP (Direction Générale des Finances Publiques), en avril 2014, constatait une situation structurellement déficitaire, la ville ayant puisé années après années, dans le fond de roulement pour compenser son déficit d'exercices. l'adjoint d'ajouter : «2013 a connu un véritable saccage des finances».

Pour la DGFIP : «la mise sous tutelle de Trèbes est prévisible si aucune action n'est entreprise», c'est pourquoi, utiliser le volet fiscal s'impose aujourd'hui à l'équipe en place.

L'opposition s'est mise à grogner en entendant de tels propos, Ch Barthès pour le FN, questionna «de combien vont augmenter les impôts? difficile de donner un chiffre rétorqua le Maire, «l'augmentation des impôts est inéluctable», l'élu FN renchérit «tout le monde connaissait la situation, une promesse de campagne est reniée, on savait qu'on serait dans le rouge plein pot»,

Sébastien Ribéra, l'autre opposant expliquait que son programme avait signifié que l'on était dans l'ornière, c'est pourquoi, il n'avait pas fait de promesses inconsidérées. «Dès 2012, on savait tous ce qu'étaient les comptes... la dette? S. Ribéra l'avait identifiée, «la dette n'a pas été découverte, elle existait ».

J. Sentenac, son colistier, s'exclamait  : «vous aviez pris l'engagement de ne pas augmenter les impôts, la situation était difficile, on le savait tous, reprendre votre parole, c'est trahir la confiance des trébéens... »

Pour le maire, qui assume les écrits de son programme : «le devoir du maire est d'aller devant les trébéens et de leur dire la vérité : la situation était plus catastrophique que ce que nous avions envisagé....tout ce qui se fera sera l'objet d'une transparence, des réunions publiques sont prévues. pour expliquer pourquoi nous faisons les choses et pourquoi il faut les faire...»

24.02.2015

Conseil municipal : vendredi 27 février

A 19 H 30 – Salle des Délibérations

Ordre du jour : 

Adoption du Procès-Verbal de la séance du Conseil Municipal du 11 décembre 2014.

A – Finances :

1) Débat d’Orientations Budgétaires 2015.

2) Formation des Élus pour l’année 2015.

3) Logements communaux : fixation des tarifs de location

4) Mise en place d’un système de vidéo-protection urbain sur la commune de Trèbes : demande de subvention au Ministère de l’Intérieur.

5) Camping municipal « A l’ombre des micocouliers » : création d’un budget annexe M4, fixation des tarifs, création de deux régies de recettes

 

B – Urbanisme et Foncier :

6) Prescription sur la révision du Plan Local d’Urbanisme de la commune de Trèbes.

 

C – Ressources Humaines :

7) Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (C.H.S.C.T.) : création d’un C.H.S.C.T. unique entre la Mairie de Trèbes et le CCAS de Trèbes, fixation du nombre de représentants titulaires et suppléants (personnel et collectivité)

 

D – Questions diverses :

8) Service Civique : autorisation de recruter des volontaires.

9) Information sur les arrêtés, contrats et conventions pris dans le cadre de la délégation d’attributions à Monsieur le Maire.

10) Questions orales.

 

17.12.2014

Conseil municipal : économies, économies

conseil municipal

En ces temps de crise où toute économie est bonne à prendre, le premier point évoqué lors du dernier conseil municipal concernait une avance sur la subvention 2015 pour le Centre Communal d'Action Sociale, avance acceptée mais Christophe Barthes faisant remarquer qu'un problème de gestion récurrent paraissait ressortir de cet état de fait, il lui a été répondu que sa remarque était justifiée.

Un point préoccupant, celui de l'absentéisme pour maladie ordinaire du personnel de la Mairie.

Véritable fléau qui touche de manière significative Trèbes dans des proportions qui dépassent la moyenne nationale, à tel point que l'organisme d'assurance du personnel a demandé une augmentation de la cotisation annuelle.

Afin de responsabiliser les agents face à cette problématique, l'assemblée délibérante a décidé d'impacter les absences pour maladie ordinaire sur le régime indemnitaire mensuel révisé tous les mois au prorata du nombre de jours d'absence après décompte des cinq jours de carence annuels. A cet égard, de longues discussions avec les représentants du personnel ont eu lieu.

L'opposant Christophe Barthès s'est réjoui de cette décision faisant ressortir le fait que «cette idée n'était pas trop électoraliste», ce à quoi, le Maire lui a répondu qu'il s'agissait «de mesures budgétaires de bon sens pour économiser les deniers de la commune».

Le diagnostic de l'état des toitures des infrastructures sportives communales, Dojo et Cosec, est préoccupant et démontre un manque d'isolation autant en hiver qu'en été.

Il est donc proposé un projet de mise de panneaux solaires photovoltaïques sur ces toits dont les travaux d'installation et de maintenance seraient assurés par une entreprise spécialisée, qui, en contre partie, récupérerait pour son propre compte l'électricité générée par ce système d'énergie. Le but étant également de sécuriser les usagers.

Quant à l'isolation des trois Nids trébéens, la pose de la laine de roche projetée, plus économe en énergie permettra de réaliser des gains énergétiques donc financiers.

Le camping municipal « A l'ombre des Micoucouliers» est repris en gestion municipale.

Un accord est intervenu avec Henri Anton à la tête du camping depuis plus de 20 ans qui désormais se chargera d'assurer le fonctionnement de cette structure en tant qu'agent contractuel de la ville, pendant un an.

Désormais, l'intégralité des recettes ira dans les caisses de la commune. C'est un choix politique, la prise d'une orientation politique indiquait Eric Ménassi pour qui la dimension touristique tient une place importante.

politique